Les droits d'auteurs de ce site sont enregistrés devant notaire
Tout copillage sera systématiquement poursuivi devant les tribunaux
Vous ne devez pas diffuser ou modifier ce texte par quelque moyen que ce soit, sans la permission écrite
de son auteur ainsi que du responsable du site internet : Ressources-Psy.com.
Vous devez respecter les droits d'auteur (par exemple en cas
d'utilisation dans un travail universitaire ou autre, vous devez
donner les références de vos citations et bien signifier qu'il s'agit
de citations (généralement en utilisant des guillemets)).
Toute copie partielle ou intégrale non autorisée de document constitue une violation des droits d'auteurs
laquelle est sévèrement punie par la Loi.
Vous n'aimeriez pas que l'on pille votre travail, ne le faites pas non plus...

00036462




Université Rennes 2 - Haute Bretagne

Licence de Psychologie



Mémoire de Recherche




ETATS DEPRESSIFS, SRATEGIES DE COPING ET CONSOMMATION DE SUBSTANCES PSYCHO-ACTIVES CHEZ DES POSTADOLESCENTS EN MILIEU UNIVERSITAIRE




Aurélien CONNAN Année 2000 - 2001

SOMMAIRE


INTRODUCTION


CHAPITRE 1 : INFORMATIONS TIREES DE LA LITTERATURE


I. LA DEPRESSION : DEFINITION ET SEMIOLOGIE

1. Définition


2. Sémiologie et Nosologie de la Dépression


II. LA DEPRESSION A L’ADOLESCENCE


1. Différences par rapport à l’adulte déprimé


2. L’approche psychanalytique


3. Epidémiologie


4. Deux formes dépressives particulières décrites chez l’adolescent


5. L’expression de la dépression et son évaluation


III. LES CONSOMMATIONS DE PRODUITS PSYCHO-ACTIFS A L’ADOLESCENCE


1. Le tabac


2. L’alcool


3. Les médicaments psychotropes


4. Le cannabis


5. Autres produits illicites


6. Une poly-consommation de plus en plus fréquente

IV. LES STRATEGIES DE COPING



CHAPITRE 2 : PROTOCOLE EXPERIMENTAL

I. ECHANTILLON


II. PROCEDURE EXPERIMENTALE


1. Instruments utilisés pour le recueil des informations


1.1. Le questionnaire abrégé de dépression de BECK


1.2. Le questionnaire de coping de BRUCHON-SCHWEITZER et al.


1.3. Une question de complément sur les substances psycho-actives consommées


2. Passation des questionnaires


III. HYPOTHESES EXPERIMENTALES



CHAPITRE 3 : DESCRIPTION DES RESULTATS


I. ANALYSE DES SCORES DE DEPRESSION


1. L’échantillon dans son ensemble


2. Etude différentielle selon le sexe


II. ANALYSE DES ECHELLES DE COPING


1. L’échantillon dans son ensemble


2. Etude différentielle selon le sexe


III. MISE EN RELATION DES QUESTIONNAIRES DE DEPRESSION ET DE COPING


1. L’échantillon dans son ensemble


2. Etude différentielle selon le sexe

IV. ANALYSE DES DONNEES SUR LES CONSOMMATIONS DE PRODUITS PSYCHO-ACTIFS


1. L’échantillon dans son ensemble


2. Etude différentielle selon le sexe


V. RELATIONS ENTRE CONSOMMATION DE PRODUITS PSYCHO-ACTIFS ET SYMPTOMATOLOGIE DEPRESSIVE


1. Chez les Filles


2. Chez les Garçons


VI. RELATIONS ENTRE CONSOMMATION DE PRODUITS PSYCHO-ACTIFS ET STRATEGIES DE COPING CENTREES SUR L’EMOTION


1. Chez les Filles


2. Chez les Garçons



CHAPITRE 4 : BILAN ET DISCUSSION


I. DISCUSSION THEORIQUE DES RESULTATS


II. CRITIQUES



CONCLUSION



- BIBLIOGRAPHIE



INTRODUCTION


Ce n’est que depuis le début du 20ème siècle que l’Adolescence a acquis une grande importance en tant que période de développement, notamment avec les premiers travaux de Stanley HALL en 1904 sur ce sujet. On situait généralement à cette époque l’Adolescence en tant que période de la vie se déroulant entre 12 et 18 ans environ. Cependant aujourd’hui, avec l’allongement de la durée des études et une prise d’indépendance de plus en plus tardive chez les jeunes, on pourrait encore parler d’Adolescence (ou de post-adolescence) jusqu’à l’âge de 25 ans en moyenne. En effet, au début du 20ème siècle, l’âge d’obligation scolaire n’était que de 14 ans, puis reculé à 16 ans en 1959. Aujourd’hui, après cet âge, de nombreux jeunes poursuivent leurs études jusqu’à 22 ou 24 ans et parfois bien au delà. Le temps de formation et de préparation à la vie adulte (c’est-à-dire l’entrée dans la vie active) se prolonge effectivement considérablement et atteint toutes les couches de la population à quelques variantes près. L’allongement de l’Adolescence est donc un phénomène récent que l’on peut étaler de la puberté jusqu’à la fin de la post-adolescence (terme que nous attribuerons à la période de la vie se situant entre 18 et 25 ans, et plus précisément entre l’Adolescence et l’achèvement de la maturité psychique et sociale). La phase de transition entre l’enfance et l’âge adulte peut ainsi durer plus ou moins longtemps selon les contraintes du milieu (autrement dit les influences de l’environnement socioculturel) et celles du destin singulier de chaque personnalité.


Commençant avec la puberté, qui a immédiatement un impact physique et psychologique, l’Adolescence se caractérise par de nombreux changements rapides concernant la totalité de la personne. L’adolescent perçoit en lui des sensations nouvelles dues à la sexualisation du corps avec lequel il doit se familiariser. Il va devoir retrouver la maîtrise de son corps, assumer son identité de genre plus pleinement qu’avant et s’avancer sur le chemin de la sexualité adulte en se construisant une nouvelle image de soi. En ce sens on peut dire que la puberté est un véritable signal social par l’entrée dans un nouveau statut parfois difficile à s’approprier.


De ce fait, l’Adolescence et la post-adolescence recouvrent, dans leur globalité, une période de profondes mutations physiologiques, cognitives, émotionnelles et sociales pour l’individu qui doit de plus s’adapter aux mœurs et valeurs d’une société en changement rapide et constant, et dont les perspectives d’avenir sont souvent aujourd’hui marquées par le sceau de l’incertitude. On peut ainsi dire qu’Adolescence et post-adolescence se déroulent selon un modèle bio-psycho-social.


La post-adolescence est un processus et une période pendant lesquels l’individu doit faire face à :

  • la prise de conscience de soi et de ses limites

  • engager une relation positive et non pas dépressive avec la réalité, ce qui implique une acceptation du réel

  • entrer dans un travail de stabilisation des fonctions psychiques


La post-adolescence n’est donc pas un échec des remaniements de l’Adolescence (qui doivent déboucher sur la résolution des conflits de base pour accéder aux nouvelles tâches du psychisme arrivé à maturité et qui l’occuperont toute sa vie) mais un nouveau processus de transformation et d’intégration continu dans la personnalité. La tâche du processus de la post-adolescence est de réorganiser la personnalité à la suite des modifications de l’Adolescence. L’essentiel de son travail s’effectue dans l’articulation de la vie psychique avec l’environnement. Si les conflits de base ne sont pas résolus, le Moi limité ne pourra que proposer des adaptations symptomatiques dans les engagements amoureux et socio-professionnels entre autres. De ce fait, c’est souvent lors de cette période qu’apparaissent des failles dans le système d’organisation de la personnalité entraînant l’émergence de certaines pathologies (la dépression par exemple).


La plupart des adolescents font face de manière efficace et constructive aux problèmes qu’ils rencontrent, seule une minorité d’entre eux vit l’Adolescence comme une période de crise profonde dont les retentissements sont encore présents lors de la post-adolescence. Précisons cependant que les nombreuses mutations de l’Adolescence font quand même de cette période un terrain prédisposé à l’émergence de symptômes dépressifs. Quant à la post-adolescence celle-ci est souvent marquée par de l’attente et de l’incertitude surtout au niveau des études et de l’orientation professionnelle. De ce fait pour les individus les plus fragiles, des affects dépressifs peuvent se retrouver de manière assez fréquente quand ces « défis de la vie » ne se réalisent pas tels qu’on les aurait espéré. En effet, cette âge de la vie est souvent une période où doivent se mettre en œuvre un certain nombre de choix, notamment sur le plan professionnel, que l’on peut qualifier de cruciaux car déterminant une bonne partie de l’avenir. Chacun se trouve en effet confronté à un ensemble de questions personnelles et sociales auxquelles il aura à répondre par des choix qui engageront son existence.



Nous porterons notre étude sur les états dépressifs du post-adolescent et sur les différentes stratégies que celui-ci utilise pour faire face à des évènements générateurs de tension dépressive ou anxieuse, c’est-à-dire les stratégies d’ajustements que l’on regroupe aussi sous le terme de coping. Nous nous attacherons à étudier plus précisément cet aspect à travers les consommations de produits psycho-actifs en réaction à des affects dépressifs. Autrement dit, nous nous interrogerons sur le fait de savoir s’il existe un lien entre les sujets présentant des états dépressifs à l’Adolescence et une utilisation plus importante par ces sujets de stratégies de coping centrées sur les émotions (plutôt que sur le problème ou le soutien social). Plus précisément, nous tenterons de voir les liens existant entre la dépression et l’utilisation de stratégies d’évitement du problème que l’on peut repérer à travers une consommation de substances psycho-actives. Nous centrerons cette étude sur la post-adolescence, c’est-à-dire la période de transition entre l’Adolescence et l’âge adulte, à partir d’une enquête sur des sujets ayant entre 18 et 23 ans.


Dans un premier temps, nous présenterons cette étude en nous basant sur différents apports littéraires et sur certaines études déjà réalisées dans ce domaine. Ensuite nous opérationnaliserons nos hypothèses à travers une enquête réalisées chez des étudiants en milieu universitaire. Et enfin, dans une troisième et quatrième partie, nous pourrons ainsi décrire et expliquer nos résultats.

Précisons que dans certains points de notre étude le terme d’adolescence recouvrira celui de post-adolescence, ces deux périodes de la vie étant fortement en interaction l’une avec l’autre.



 

Pour avoir accès à ce document, cliquez ici



Accès à d'autres documents en psychologie

Accès au site Psychologue.fr